CACES R482

(Cat A, B1, C1, D, F et G).

Engins de chantier.

Formation CACES R482
Objectif du CACES R482
Être capable d'utiliser un engin de la famille R482 en sécurité.
Certification Bureau Veritas

Durée du CACES R482 :
Initiale : de 2 à 5 jours / Recyclage : de 1 à 4 jours

Formation CACES R482
Formation CACES R482

Equipements concernés du CACES R482

Les équipements visés par cette recommandation sont les engins de chantier à conducteur porté ou télécommandés suivants :
➜ matériels de terrassement et de construction de routes : bouteurs, chargeuses, chargeuses-pelleteuses, pelles hydrauliques, tombereaux, niveleuses, compacteurs, tracteurs agricoles,
➜ matériels de sondage ou de forage,
➜ chariots de manutention tout-terrain : chariots à mât vertical et chariots à flèche télescopique.

Le CACES R482 concerne les 11 catégories d’équipements suivants :

Catégorie A : Engins compacts, limités à la liste exhaustive suivante :
• pelles hydrauliques, à chenilles ou sur pneumatiques, de masse ≤ 6 tonnes,
• chargeuses, à chenilles ou sur pneumatiques, de masse ≤ 6 tonnes,
• chargeuses-pelleteuses de masse ≤ 6 tonnes,
• moto-basculeurs de masse ≤ 6 tonnes,
• compacteurs de masse ≤ 6 tonnes,
• tracteurs agricoles de puissance ≤ 100 cv (73,6 kW).

Catégorie B : Engins à déplacement séquentiel

Catégorie B1 : Engins d’extraction à déplacement séquentiel
• pelles hydrauliques, à chenilles ou sur pneumatiques, de masse > 6 tonnes,
• pelles multifonctions.

Catégorie B2 : Engins de sondage ou de forage à déplacement séquentiel
• machines automotrices de sondage ou de forage.

Catégorie B3 : Engins rail-route à déplacement séquentiel
• pelles hydrauliques rail-route.

Catégorie C : Engins à déplacement alternatif

Catégorie C1 : Engins de chargement à déplacement alternatif
• chargeuses sur pneumatiques de masse > 6 tonnes,
• chargeuses-pelleteuses de masse > 6 tonnes.

Catégorie C2 : Engins de réglage à déplacement alternatif
• bouteurs,
• chargeuses à chenilles de masse > 6 tonnes.

Catégorie C3 : Engins de nivellement à déplacement alternatif
• niveleuses automotrices.

Catégorie D : Engins de compactage
• compacteurs, à cylindres, à pneumatiques ou mixtes, de masse > 6 tonnes,
• compacteurs à pieds dameurs de masse > 6 tonnes.

Catégorie E : Engins de transport
• tombereaux, rigides ou articulés,
• moto-basculeurs de masse > 6 tonnes,
• tracteurs agricoles de puissance > 100 cv (73,6 kW).

Catégorie F : Chariots de manutention tout-terrrain
• chariots de manutention tout-terrain à conducteur porté, à mât,
• chariots de manutention tout-terrain à conducteur porté, à flèche télescopique.

Catégorie G : Conduite des engins hors production
• déplacement et chargement / déchargement sur porte-engins des engins de chantier des catégories A à F, sans activité de production, pour démonstration ou essais.

Rappel du contexte réglementaire du CACES R482 :

Tout travailleur amené à utiliser un engin de chantier à conducteur porté ou télécommandé doit avoir reçu une formation adéquate (art. R.4323-55 du Code du travail) et être titulaire d’une autorisation de conduite délivrée par son employeur (art. R.4323-56) selon les modalités définies à l’article 3 de l’arrêté du 2 décembre 1998.

Le respect de ces prescriptions impose donc :

• que le conducteur ait reçu une formation spécifique et adaptée à la conduite en sécurité de l’engin de chantier concerné, formation qui doit être complétée et réactualisée aussi souvent que nécessaire ;
• que son aptitude médicale à la conduite de cet équipement ait été vérifiée ;
• qu’il dispose des connaissances et du savoir-faire pour la conduite en sécurité de l’engin de chantier concerné, attestés par la réussite aux épreuves théoriques et pratiques appropriées ;
• que son employeur se soit assuré qu’il a connaissance des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d’utilisation ;
• que son employeur lui ait délivré une autorisation de conduite pour l’engin de chantier concerné.

Obligations de formations du CACES R482 :

Tout conducteur d’engin de chantier doit avoir bénéficié d’une formation à la conduite dont la durée et le contenu doivent être adaptés compte tenu de son expérience pratique de la conduite et de la complexité de l’équipement de travail concerné.

Cette formation est rendue obligatoire par l’article R.4323-55 du Code du travail. Ses modalités sont définies à l’article 1 de l’arrêté du 2 décembre 1998 pris en application de cet article.

Le salarié doit, au terme de cette formation dispensée en interne ou organisée dans un organisme de formation spécialisé, disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique nécessaires à sa conduite en sécurité. L’objectif de la formation est notamment :
➜ de lui apporter les compétences nécessaires à la conduite de l’engin de chantier concerné en situation de travail,
➜ de lui transmettre les connaissances théoriques et le savoir-faire pratique nécessaires à la conduite en sécurité de l’engin de chantier concerné,
➜ de lui communiquer les informations relatives aux risques liés à son utilisation,
➜ de lui permettre de maîtriser les moyens et méthodes permettant de prévenir ces risques.

Une simple « formation au passage du CACES® », qui se limiterait à préparer le salarié à répondre aux questions du test théorique et à reproduire les gestes qui lui seront demandés lors des épreuves pratiques, ne suffit pas à remplir ces obligations réglementaires essentielles pour la prévention des risques.

Pour se présenter au test CACES® le candidat doit présenter une attestation, établie par un organisme spécialisé ou par son employeur, mentionnant qu’il a bénéficié d’une formation lui permettant à minima de disposer des connaissances théoriques et du savoir-faire pratique.

Exemple d'attestation à destination des employeurs.

Programme de votre formation CACES R482 (Engins de chantier)

A - Connaissances théoriques

➜ Rôle et responsabilités du constructeur / de l’employeur (conformité du matériel, notice d’instructions, formation, autorisation de conduite, aptitude médicale, vérifications réglementaires, vérification et entretien du matériel...),
➜ Dispositif CACES® (rôle de l’Assurance Maladie, recommandation...),
➜ Rôle et responsabilités du conducteur (devoir d’alerter, droit de retrait...),
➜ Connaissance des différents acteurs internes et externes en prévention des risques professionnels concernés,
➜ Rôle et responsabilités du chef de manœuvre, du signaleur et de l’homme-trafic.

➜ Terminologie (motorisation, transmission, équipement, châssis, organes de roulement...),
➜ Caractéristiques générales (masse, vitesse, capacité de charge...),
➜ Identification, rôle et principes de fonctionnement des différents composants et mécanismes (chaîne cinématique, circuit de freinage...),
➜ Identification, rôle et principe de fonctionnement des différents dispositifs de sécurité - Risques liés à la neutralisation de ces dispositifs,
➜ Rôle des structures de protection ROPS, FOPS et TOPS,
➜ Équipements interchangeables disponibles pour les différentes familles d’engins de chantier, leurs utilisations possibles,
➜ Existence d’une issue de secours sur les engins concernés.

➜ Caractéristiques et spécificités des différents types d’engins de chantier,
➜ Catégories de CACES® R.482 correspondantes.

➜ Identification et signification :
• des panneaux de signalisation routière de danger (série A),
• des panneaux d’interdiction et d’obligation (série B),
• des panneaux spécifiques aux chantiers (signalisation temporaire),
• des principaux signaux relatifs aux intersections et aux régimes de priorité (panneaux et feux),
• des marquages horizontaux sur les voies de circulation (lignes et symboles au sol).
➜ Circulation sur chantier :
• consignes applicables aux chantiers (plan de circulation, vitesses...),
• règles applicables au dépassement d’autres véhicules,
• distances de sécurité,
• circulation en charge.
➜ Circulation sur la voie publique :
• modalités de circulation des engins de travaux publics, des véhicules prioritaires, des engins spéciaux, notamment les engins « hors gabarit routier » (signalisation, vitesse, consignes...),
• réglementation relative à la détention du permis de conduire,
• équipements requis pour la circulation sur la voie publique des engins sur pneumatiques non immatriculés,
• règles relatives aux changements de direction, au dépassement d’autres véhicules, au franchissement d’intersections,
• interdictions de stationnement, en ville et sur route.

➜ Principaux risques liés au fonctionnement de l’engin - Origine(s) et moyens de prévention associés :
• risques mécaniques liés aux éléments mobiles de la chaîne cinématique,
• risques liés aux différents circuits (lubrification, refroidissement, alimentation en air, carburant...),
• risques électriques liés à la mise en œuvre des batteries d’accumulateurs et à l’assistance au démarrage,
• risques physiques liés à l’énergie hydraulique et aux réseaux correspondants,
• risques liés aux pneumatiques, lors du gonflage notamment,
• risques liés à l’utilisation de produits chimiques (carburants, lubrifiants, nettoyants, solvants...),
• risque d’incendie / explosion (fuites d’hydrocarbures, dégagement d’hydrogène lors de la charge des batteries...),
• risques liés au bruit,
• risques liés aux vibrations,
• intoxication par les gaz d’échappement.

➜ Principaux risques liés à la conduite / aux déplacements de l’engin - Origine(s) et moyens de prévention associés :
• renversement latéral / retournement de l’engin (dévers),
• mouvement accidentel de l’engin,
• heurts de personnes ou d’engins (manœuvre, marche arrière...),
• risques liés au manque de visibilité,
• perte de contrôle de l’engin, en descente notamment,
• écrasement / coincement / entrainement d’une partie du corps du conducteur,
• chute de l’engin, effondrement du terrain,
• projection de matériaux,
• risques liés à l’environnement : réseaux aériens et souterrains, présence d’eau, zone confinée, conditions météorologiques...
• risques spécifiques lors des opérations de :
- levage (dispositifs hydrauliques de sécurité, modes d’élingage, points de préhension, ballant, lignes électriques aériennes...),
- transport et élévation de personnes,
- chargement / déchargement sur porte-engins,
- transport de l’engin (arrimage, stabilité...).

➜ Fonction de la ceinture de sécurité ou de tout autre dispositif de retenue,
➜ Fonctionnement, rôle et utilité des différents dispositifs de réglage du siège : poids du conducteur, profondeur, inclinaison...
➜ Transport et élévation de personnes : connaître les interdictions, savoir expliciter et justifier les applications autorisées,
➜ Conduite à tenir en cas d’incident ou de défaillance de l’engin (panne, incendie...),
➜ Justification du port des EPI en fonction des risques liés à l’opération à réaliser,
➜ Consultation et utilisation de la notice d’instructions du constructeur,
➜ Interprétation des pictogrammes et mentions d’avertissement apposés sur l’engin,
➜ Connaissance et utilisation des gestes et signaux de commandement conventionnels pour le guidage des engins de chantier,
➜ Effets de la conduite sous l’emprise de substances psychoactives (drogues, alcool et médicaments),
➜ Risques liés à l’utilisation d’appareils pouvant générer un détournement de l’attention (téléphone mobile, diffuseur de musique...).

➜ Justification de l’utilité des vérifications et opérations de maintenance de premier niveau qui incombent au conducteur, réalisation pratique de ces tâches,
➜ Principales anomalies concernant :
• le circuit hydraulique,
• les organes de freinage et de direction,
• les organes de roulement (pneumatiques, chenilles...),
• le châssis, la charpente,
• etc.

B – Savoir-faire pratiques

➜ Utilisation des documents suivants : notice d’instructions (règles d’utilisation, restrictions d’emploi...) et rapport de vérification périodique (validité, observations, restrictions d’usage...),
➜ Vérification visuelle de l’état de l’engin et de son équipement afin de déceler les anomalies et d’en informer son responsable hiérarchique,
➜ Contrôle de la propreté de l’espace cabine,
➜ Vérification du fonctionnement du siège, réglage approprié,
➜ Contrôle de la visibilité depuis le poste de conduite,
➜ Vérification du bon fonctionnement des dispositifs de sécurité (freinage, éclairage, maintien au poste de conduite, avertisseur sonore, dispositifs de signalisation sonores ou lumineux...),
➜ Mise en route du moteur, interprétation des indications du tableau de bord dont la fonction « test » à la mise sous tension, respect du temps de chauffe (moteur, transmission et équipements),
➜ Vérification des niveaux et réalisation des appoints journaliers,
➜ Localisation de l’issue de secours et conditions de sa mise en œuvre,
➜ Présence d’un extincteur en cabine.

➜ Monter et descendre en sécurité de l’engin et connaitre la règle des 3 appuis,
➜ Circuler en marche avant et arrière, en ligne droite et en courbe, à vide ou en charge (le cas échéant) :
• maitriser les trajectoires, la vitesse...,
• sélectionner les rapports de boite de vitesse adaptés, en manuel et en automatique,
• utiliser correctement les dispositifs de freinage,
• recourir de façon appropriée aux aides à la conduite disponibles (rétroviseurs, moniteurs, détecteurs...),
• respecter les conditions de stabilité de l’engin,
• garantir la sécurité des piétons,
• tenir compte des angles morts.
➜ Adapter sa vitesse en fonction de la charge, de la nature du sol et du trajet à effectuer,
➜ Dans la zone d’évolution, identifier les sources potentielles de risques liés à la circulation et à la stabilité de l’engin, et choisir un parcours adapté,
➜ Stationner et arrêter l’engin en sécurité,
➜ Suivant la catégorie d’engins concernée, réaliser les opérations de base suivantes :
• charger une unité de transport (camion, tombereau, remorque...) :
- se positionner correctement par rapport à l’unité de transport,
- assurer un remplissage satisfaisant du godet,
- amener et vider le godet sans heurt avec l’unité de transport...
• effectuer une opération de déblai / remblai avec mise en stock :
- assurer un remplissage satisfaisant du godet,
- mettre en forme le remblai,
- exécuter la tâche avec célérité...
• vider la benne en sécurité :
- prendre en compte la portance et la géométrie du sol,
- redémarrer en sécurité après le vidage,
- exécuter la tâche avec célérité...
• réaliser une tranchée :
- obtenir la rectitude souhaitée,
- réaliser un fond de fouille plan,
- respecter la distance de sécurité lors de la mise en cordon,
- exécuter la tâche avec célérité...
• effectuer le réglage d’une plate-forme ou d’une piste :
- régaler le matériau de façon appropriée,
- obtenir un bon état de surface final...
• effectuer le compactage d’une plate-forme ou d’une piste :
- avoir une bonne compréhension du travail à réaliser,
- utiliser correctement la vibration,
- gérer les passes de façon appropriée (recouvrement, alignement) ...
• réaliser un forage :
- configurer la machine en mode forage, la positionner et la stabiliser,
- vérifier l’état et le fonctionnement des dispositifs de sécurité spécifiques (cage de protection, arrêts d’urgence, mode de fonctionnement « réduit »...),
- positionner le poste de commande / se positionner pour disposer d’une bonne visibilité sur la zone de travail,
- maitriser les opérations nécessaires à l’ajout / au retrait manuel des tiges de forage...
• approcher un talus :
- savoir apprécier la faisabilité de l’opération,
- respecter les distances de sécurité,
- adopter la bonne vitesse d’approche, réaliser le travail dans le sens approprié...
• lever, à l’aide d’élingues, une charge simple ou complexe :
- vérifier l’adéquation de l’engin et de son équipement à l’opération de levage envisagée,
Nota : Cette opération ne doit pas être confondue avec l’examen d’adéquation requis par l’arrêté du 1er mars 2004, relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage, qui relève de la responsabilité du chef d’établissement,
- s’assurer de la présence des dispositifs de sécurité requis (clapets, crochet, linguet..) sur l’engin et son équipement,
- contrôler au moyen de l’abaque ou du tableau des charges que la manutention est possible, compte tenu de la capacité effective, de la hauteur de levage et de l’équipement porte-charges dont l'engin est équipé,
- évaluer la position du centre de gravité de la charge,
- positionner l’engin,
- réaliser l’élingage, dans le respect des règles d’élingage et d’utilisation des accessoires de levage,
- s’assurer que le lieu de dépose est dégagé et approprié,
- réaliser l’opération de levage / dépose...
• Manutentionner, au moyen de bras de fourche, une charge longue ou volumineuse :
- vérifier l’adéquation de l’engin et de son équipement à l’opération de levage envisagée,

Nota : Cette opération ne doit pas être confondue avec l’examen d’adéquation requis par l’arrêté du 1er mars 2004, relatif aux vérifications des appareils et accessoires de levage, qui relève de la responsabilité du chef d’établissement.

- s’assurer de la présence des dispositifs de sécurité requis (clapets, verrouillage de bras de fourche...) sur l’engin et son équipement,
- contrôler au moyen de l’abaque ou du tableau des charges que la manutention est possible, compte tenu de la capacité effective, de la hauteur de levage et de l’équipement porte-charges dont l’engin est équipé,
- évaluer la position du centre de gravité de la charge, définir une méthode appropriée pour la prise et la manutention afin d’en garantir la stabilité (flexibilité, glissement...), prévoir et mettre en œuvre les dispositifs adaptés,
- positionner l’engin,
- s’assurer que le lieu de dépose est dégagé et approprié,
- réaliser l’opération de manutention / dépose…

➜ Stationner l’engin hors d’une zone à risques, sur terrain plat,
➜ Positionner les équipements (lame, godet...) en sécurité,
➜ Mettre en œuvre le frein de parking et les sécurités adaptées (leviers au point mort...), arrêter le moteur, consigner,
➜ Effectuer les opérations d’entretien journalier (nettoyage des parties vitrées, des rétroviseurs, du poste de conduite...),
➜ Rendre compte des anomalies et dysfonctionnements,
➜ Savoir effectuer un calage approprié aux opérations d’entretien courantes.

➜ Énumérer les risques liés à l’utilisation de la télécommande (déplacement, manipulation...),
➜ Vérifier les équipements de transmission :
• impossibilité de fonctionnement simultané de la télécommande et du poste de conduite principal,
• fonctionnement de la télécommande,
• signification des différents voyants lumineux,
➜ Savoir utiliser les commandes appropriées quelle que soit la position de l’engin (repérage dans l’espace, inversion du sens de manœuvre...),
➜ Se positionner pour avoir la meilleure vision de la manœuvre et de son environnement, tout en étant hors de la zone de risque,
➜ Savoir exécuter en sécurité et avec souplesse tous les mouvements que peut effectuer l’engin de chantier : déplacements, mise en œuvre des équipements...

➜ Vérifier l’adéquation du porte-engins au matériel à charger,
➜ S’assurer que le porte-engins est sur une surface plane et stabilisée, et procéder aux vérifications nécessaires relatives au porte-engins et à son environnement,
➜ Effectuer le chargement de l’engin en sécurité,
➜ Vérifier la hauteur de l’engin et de l’attelage,
➜ Identifier les points d’arrimage sur l’engin, indiquer dans quel document se trouvent les indications relatives à la méthode d’arrimage de l’engin et les consulter,
➜ Effectuer le déchargement de l’engin.


Validation du CACES R482

Cette formation donnera lieu à la remise d’une attestation de présence et d’une évaluation dans les conditions définies par la Recommandation CACES R482 permettant à l’employeur de décider ou non d’établir et délivrer une autorisation de conduite à son salarié.

MODELE D’AUTORISATION DE CONDUITE


7 bonnes raisons de choisir le CFB pour votre CACES R482 :

1. Notre Accueil

Nous vous garantissons un accueil téléphonique et physique personnalisé de qualité.

2. Notre infrastructure

Au cours du second trimestre 2015, le CFB, situé en bordure de la nationale 12, disposera d’une aire technique de 900M² (dont une partie couverte) qui sera uniquement dédié à la formation CACES.

3. Notre suivi pédagogique

Vous serez encadré par un formateur ayant de l’expérience dans l’utilisation des grues auxiliaires.

4. Notre organisation

La formation se déroule par petit groupe sous forme d’atelier. Cette organisation optimise le temps de formation réel.


5. Formateur

Vous serez encadré par un même formateur afin d’assurer un excellent suivi de votre formation.

6. Certification

La qualité des formations du CFB a été certifiée par BUREAU VERITAS. Cette certification est, depuis 2017, requise par l'ensemble des financeurs publics.

7. Nos services disponibles


Financements pour votre CACES R482 :

Salariés, demandeurs d'emplois ou entreprises, des sources de financements sont à votre disposition.

Nous vous accompagnons pour constituer votre dossier de financement.

Cliquez-ici pour consulter la liste de nos partenaires en financement.

Contactez-nous pour en savoir plus le CACES R482 au 02 37 46 81 07.